05/12/2021

Les Coureurs de Rempart, du punk-rap engagé

« Venu-e-s pour faire pogoter les grands-parents et chialer les keupons, Les Coureurs de Rempart montent sur scène comme sur une barricade. Sous un chapiteau, en festival dans un squat, ou accoudé-e-s à un comptoir, les quatre comparses chantent la société du côté des opprimés et des mutines. Leur nouvel album, sorti en 2020, marque un nouveau chapitre de leur histoire. Ayant affiné son identité musicale, le combo grenoblois (accordéon, guitare, contrebasse et batterie) assène un coup de rap et de rock à la chanson de leur précédent album. Assoiffé-e-s de scène, Les Coureurs de Rempart lèvent leurs verres et élèvent la voix pour tout-e-s les enragé-e-s ! »

Les albums des Coureurs de Rempart sont en téléchargement libre, parce que... Vive la musique libre ! Pour les soutenir, possibilité de commander le CD.

04/12/2021

Manu mis à nu

Une enquête en 9 épisodes sur les secrets inavouables d'Emmanuel Macron...
SOUTENEZ LE PROJET sur KissKissBankBank.
Il reste un petit peu plus d'une semaine.
Cliquez sur le bloc ci-dessous pour en savoir plus.


03/12/2021

Une éducation à la liberté

Education
“Apprendre à désobéir.
Petite histoire de l’école qui résiste”

de Grégory Chambat et Laurence Biberfeld


Présentation par l'éditeur : De l’œuvre éducative de la Commune de Paris à la dénonciation du fichage informatique des élèves, de la naissance du syndicalisme dans l’éducation aux écoles populaires kanaks des années 1980, en passant par les luttes anti-hiérarchiques ou la résistance à la « rééducation » vichyste, cet ouvrage retrace 150 ans de luttes et d’insoumission au sein de l’institution scolaire. Enseigner la désobéissance, c’est remettre en question toutes les dominations qui entravent, c’est créer l’espace où s’exercera une souveraineté qui n’est pas celle de l’isoloir, mais qui se vit dans la rue, au village, à l’usine, au bureau, dans la famille. Mais est-ce que la liberté peut s’enseigner ? Ce livre l’affirme. Préparer des humains à l’autonomie, à l’égalité, à un monde délivré de toute oppression ne saurait se faire au moyen de l’autorité.
Éditions Libertalia, 288 pages, 10 euros.
Nouvelle édition augmentée : sortie le 3 décembre 2021 (1re parution : 2013).

02/12/2021

Un moment oublié de l'Histoire

republiques enfants
“L’Internationale des républiques d’enfants (1939-1955)”
de Martine Ruchat, Mathias Gardet, Samuel Boussion


Présentation par l'éditeur : Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’enfants, orphelins ou brutalement séparés de leurs parents, sont recueillis dans des camps ou villages d’enfants. Cette aide humanitaire se double d’une utopie pédagogique. Instituteurs, prêtres, pédagogues, médecins ou psychiatres fondent, dans l’urgence et le dénuement, des communautés largement inspirées de l’éducation nouvelle et de l’autogestion : des républiques d’enfants. De l’Italie à la Hongrie, en France comme en Allemagne, les enfants se muent en jeunes travailleurs, ils élisent gouvernements et tribunaux. Dans l’esprit internationaliste d’après-guerre, ces citoyens doivent contribuer au relèvement de l’Europe anéantie.
Les auteurs ont défriché les archives et tissent le récit vivant, incarné et parfois terrifiant de cet épisode méconnu. En quelques années, alors que le monde des adultes bascule dans la guerre froide, que les enfants grandissent, ce moment de foisonnement et d’expérimentation intenses tombe en effet dans l’oubli. Véritable point aveugle des années d’après-guerre, de l’histoire des pédagogies alternatives et des politiques humanitaires, il méritait d’être mis au jour.
Éditions Anamosa, 400 pages, 26 euros. Sorti en août 2020.

01/12/2021

#Makhno2022 - Le retour

Ukraine
“La révolution russe en Ukraine -
L’histoire de N. Makhno”

BD de Jean-Pierre Ducret

Présentation par l’éditeur : Il aura fallu des décennies pour que s’entrouvrent quelques portes de vérité sur l’histoire officielle, léniniste et stalinienne, celle des vainqueurs, de la révolution russe de 1917. Et sur le rôle, important, qu’y ont joué les anarchistes en octobre et ensuite, lors de Kronstadt et de la maknovtchina, en Ukraine, de 1917 à 1924. Cette bande dessinée relate le voyage que les anarchistes Alexandre Berckman et Emma Goldman ont effectué en Russie en 1920. On y voit le combat, commun au début, avec les bolcheviks pour faire surgir la révolution, et, ensuite, le combat contre les russes blancs et les bolcheviks pour continuer à faire vivre la révolution.

Nestor Makno est né en 1888 en Ukraine. En 1906, il rejoint un groupe anarchiste et est condamné à mort en 1910. Peine commuée en perpétuité. Libéré en 1917, il rejoint l’Ukraine où il fonde un mouvement insurrectionnel, mettant en œuvre le communisme libertaire. Celui-ci perdurera jusqu’en 1924. Son armée de partisans comptera jusqu'à 100000 hommes.
Éditions libertaires, 200 pages. Parution : janvier 2022.
En souscription jusqu’au 10 décembre 2021
: 20 € (25 € ensuite).

Revolution

29/11/2021

Paul Reclus, pionnier de l’écologie sociale

écologie sociale
“Plus loin que la politique”,
de Paul Reclus


Présentation par l’éditeur : La pensée de Paul Reclus, fils d’Élie et neveu d’Élisée Reclus, est brûlante d’actualité. Les mouvements d’assemblées citoyennes, où s’expriment la demande grandissante de démocratie directe, en témoignent. Paul Reclus peut être aussi considéré comme un des précurseurs de l’écologie sociale. Ce projet de société élaboré par Murray Bookchin s’appuie sur la conviction qu’aucun des problèmes écologiques ne sera résolu sans un profond changement social.
Collectés par Alexandre Chollier, les articles qui composent cet ouvrage sont issus des revues Plus loin et Les Temps nouveaux. Ils sont suivis d’un texte original d’Élisée Reclus, dans lequel le géographe s’attache à penser une nouvelle organisation sociale à travers les questions de la terre, du travail du sol et de la propriété. Plus loin que la politique permet d’appréhender la vision radicale de Paul Reclus sur le monde, la politique, le travail, la communauté, le travail agricole… Des écrits qui demeurent d’importance autant pour l’histoire de la pensée anarchiste que pour contribuer à la connaissance de l’œuvre complexe et multiple des Reclus, dont on sait l’intérêt qu’elle continue de susciter aujourd’hui.
Éditions Héros-Limite, 200 p., 18 €. Sorti (en Suisse) en 2020.

28/11/2021

Une Rousseau peut en cacher un autre...

Rousseau

“Jean-Jacques Rousseau et la vie simple”,
de Cécile Hellian


Présentation par l’éditeur : Tour à tour romancier, autobiographe, dramaturge, épistolier, encyclopédiste, essayiste, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) est le penseur majeur de la démocratie directe. À l’aube de la révolution industrielle, il se distingue de ses contemporains en dénonçant l’accumulation de biens inutiles, le luxe et le consumérisme, causes des inégalités et de la destruction du lien social. Il défend à travers l’idée de vie simple, qui traverse toute son œuvre, un modèle de société fondée sur la mesure et la proximité avec la nature.
Comme le montre Cécile Hellian, loin de se limiter à une condamnation morale de la richesse, la vie simple est le préalable indispensable à l’autonomie et à la mise en place – aujourd’hui urgente – d’une société écologique et véritablement démocratique.
Editions du Passager clandestin, 128 p., 10 €. Sorti en mars 2021.

22/11/2021

Viome (Grèce), le choix de l'autogestion

autogestion
En banlieue de Thessalonique, en Grèce, des travailleurs fabriquent et vendent des savons écolos sans patron. Voilà dix ans que la faillite de leur entreprise les a poussés à occuper l’usine et faire le choix, heureux, de l’autogestion.
> LIRE L'ARTICLE DE REPORTERRE.

15/11/2021

Quoi de (bientôt) neuf à Tours ?

TOURS (37) : le supermarché coopératif “Le Troglo”
devrait ouvrir en septembre 2022

Pourquoi un supermarché coopératif ?
Insatisfaits de l’offre alimentaire de l’agglomération tourangelle, un groupe de personnes s’est réuni pour proposer une alternative avec la création d’un supermarché coopératif.

Dans ce commerce...
– chacun peut améliorer son alimentation selon ses besoins et ses convictions, quels que soient ses moyens,
– des produits sains et de qualité, issus d’une agriculture pérenne, respectueuse des sols, de l’eau et du vivant, sont promus et favorisés,
– les personnes qui cultivent et transforment les aliments sont rémunérées correctement et travaillent dans des conditions dignes,
– le supermarché est à but non-lucratif : ni actionnaires ni course au profit,
– la coopérative est un lieu de vie dans le quartier, un lieu d’échange, de partages et de débats,
– la mixité sociale est favorisée par des gammes de produits et de prix accessibles à chacun, et les échanges,
– des magasins de ce type existent déjà : New York, Paris, Orléans...

Comment cela fonctionne ?
Supermarché Coopératif et Participatif : les membres en sont propriétaires, et sont acteurs de son fonctionnement.
1 – Devenir coopérateur. La souscription minimale à la coopérative est de 10 parts sociales, soit 100€. Les étudiants et les bénéficiaires des minimas sociaux peuvent souscrire pour 10€. En octobre 2021, il reste encore à trouver une petite centaine de coopérateurs.
2 – Participer. Chaque membre vient aider au supermarché 3 heures consécutives, toutes les 4 semaines, pour tenir la caisse, stocker, réceptionner les livraisons, nettoyer, assurer les tâches administratives…
3 – Décider. Les décisions se prennent en commun, par vote à la majorité absolue lors d’AG régulières. Chaque membre est acteur à part entière de la stratégie et des choix du supermarché.
4 – Faire ses courses. L’accès au supermarché est exclusivement réservé aux coopérateurs du Troglo.

Le local de 775 m² sera situé au 15 bd Louis XI, à Tours, près des quartiers prioritaires de la politique de la Ville.  

> Le site du Troglo.
> La page Facebook du Trogolo.

> L'article de La Nouvelle République.
> Présentation du projet en visio sur FB.

14/11/2021

Autour de l'économie du don

gratuite
Vendredi 19 novembre
Rencontres autour
de l’économie du don

par La Boutique sans argent

Dans le cadre du Mois de l’économie sociale et solidaire, l’association La Boutique sans argent organise “Les rencontres autour de l’économie du don”.
Une soirée d’échange et de discussion avec, au programme, une présentation des magasins gratuits, des interventions, des témoignages d’acteurs de l’économie du don et de la solidarité, un apéro dinatoire, des ateliers, un espace de dons et de gratuité, une exposition sur l’histoire des magasins gratuits.
La Maison des Ensembles,
3-5, rue d'Aligre, Paris 12e.

> S'INSCRIRE.

 

Retour à la ferme


“Le grand guide de l’autosuffisance”, de John Seymour 

Présentation par l’éditeur : Ce best-seller de John Seymour, publié en 1976 et réédité en 2019, est un guide complet pour apprendre à vivre en harmonie avec la nature. Un livre utile, emblématique et parfait pour un retour à la vie à la campagne. Ce livre référence (700000 exemplaires vendus dans le monde) offre aux jardiniers et à toutes les personnes qui visent l'autosuffisance des principes clairs pour multiplier les rendements, récolter des fruits et légumes de qualité, élever des animaux, travailler la pierre et le bois, limiter sa consommation en énergie...
John Seymour était chef de file du mouvement d'autosuffisance dans les années 1970 en Grande-Bretagne. Très engagé contre la société de consommation, l'industrialisation, les OGM, il se faisait le porte-parole des valeurs d'autosuffisance, d'écologie, de jardinage...

Éditions Marabout, 408 pages, 29,90 euros.
Un livre joliment illustré, un peu daté 1970 (sujets et traitement), pour un premier éclairage sur l'autosuffisance. D'autres livres plus pointus permettront d'approfondir les sujets.

13/11/2021

Alternatives en milieu rural

“Modes de vie alternatifs en milieu rural :
la fabrique de nouveaux quotidiens”

Alternatives

 

« Comment réorganiser la société de telle façon que l'on ne soit plus déconnectés du monde vivant ? La sociologue Geneviève Pruvost, autrice de “Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance” (La Découverte), s'attèle à explorer les alternatives écologiques et anticapitalistes qui renouent avec des savoir-faire permettant de refonder la fabrique du quotidien. »

> Entretien à réécouter sur le podcast de La Tête au carré (France Inter) du 11 novembre 2021.


 

 

“Quotidien politique.
Féminisme, écologie, subsistance”

de Geneviève Pruvost 

Présentation par l'éditeur : Fin des sociétés paysannes, cuisines équipées, bétonisation des terres arables, effacement des savoir-faire et cosmogonies autochtones, ignorance des rythmes du monde vivant… Ces phénomènes divers que l’on apprend aujourd’hui à déplorer sont bel et bien liés, nous disent depuis un demi-siècle des théoriciennes écoféministes, critiques de la modernité industrielle. C’est à leurs pensées, méconnues en France, ainsi qu’aux leçons existentielles et politiques qu’il convient d’en tirer, qu’est consacré cet ouvrage. L’auteure explore les alternatives écologiques et anticapitalistes contemporaines pour démontrer que la vie quotidienne est un terrain politique fondateur.

Sans politique du quotidien, sans reconstruction collective et radicale de notre subsistance, il n’y aura pas de société égalitaire ni écologique. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la généralisation du salariat qui a permis d’accéder à la société de consommation et au confort appareillé, mais le colonialisme et le travail domestique féminin. Une autre organisation politique de la vie et des rapports à la nature est possible. À condition d’être redistribué, ancré dans une communauté en prise avec un biotope et des usages, le travail de subsistance ainsi repensé devient un facteur d’émancipation. La fabrique du quotidien apparaît alors pour ce qu’elle est : un enjeu révolutionnaire.
Editions La Découverte, 400 p., 22 €. Sorti en septembre 2021.

Découvrir le début du livre en ligne :

12/11/2021

Festival du livre et de la presse d'écologie


Les 13 et 14 novembre, au Ground Control,
81 rue du Charolais, Paris 12e.

> EN SAVOIR PLUS.

Au sommaire de “L’âge de faire” de novembre

age de faire Au sommaire du n°167 (novembre 2021)

• EDITO La paille dans l’œil du voisin non vacciné.
• La remontada des cabines téléphoniques.
• Dans l’Hérault, un écovillage solidaire.
• En Mandchourie, 2 millions de libertaires.
• Bouquin : la France arme des dictatures.
• Reportage avec un bûcheron-dessinateur.
• Bibliothécaires, pas auxiliaires de police.
• La fin du "quoi qu'il en coûte".
• Quand l’eau est réservée à l’agriculture déraisonnée.
• Les militants ont la patate.
• L'homo numericus est un c...
• Cuisiner sans gluten (couscous végétarien).
• Fiche pratique : Faire ses boutures.


• DOSSIER 4 pages : les zapatistes existent
(L’âge de faire les a vus !)
« Ils sont arrivés ! Les zapatistes ont quitté leurs communautés pour venir à la rencontre des peuples européens et nous faire partager les luttes qu’ils mènent contre toutes les formes de violences, de discriminations et d’atteinte à la terre mère… Résolument anticapitaliste, leur mode de gouvernance instauré dans 38 communes du Chiapas et basé sur l’autonomie collective est un exemple de longévité et de résistance. »
- Des communautés indigènes contre les grands projets
- De la lutte armée à l’autogouvernement
- La démocratie de l'escargot
- Diriger en obéissant
- La solidarité, moulue ou en grains (le café zapatiste)
- Les zapatistes à la conquête de l’Europe (double-page BD)

> EN SAVOIR PLUS.

“La démocratie de l'escargot”.
Visualiser le tableau récapitulatif (ci-dessous) du fonctionnement des 12 caracoles zapatistes et des conseils de bon gouvernement, disponible dans le n°167.

06/11/2021

La voix des femmes d’Argentine

“Ni dieu ni patron ni mari”
par La Voz de la mujer

« Lasses d’être le jouet de nos infâmes exploiteurs et de nos vils époux, nous avons décidé de faire entendre notre voix et d’exiger notre part de plaisirs au banquet de la vie. Et comme nous ne voulons dépendre de personne, nous avons nous-mêmes brandi l’étendard rouge et sommes parties au combat… sans dieu ni maître. »

Publié à Buenos Aires en 1896, La Voz de la Mujer est le premier journal anarchiste féministe. Dans ses pages, ses rédactrices proposent de fournir aux femmes prolétaires les outils, théoriques et pratiques, nécessaires à leur émancipation. Partisanes de l’amour libre et de la propagande par le fait, elles y expriment leur volonté d’en finir, par tous les moyens, avec l’oppression, qu’elle soit religieuse, capitaliste ou patriarcale.
Éditions Nada, 96 p., 8 €. Sorti le 29 octobre 2021.

Des coiffeurs•ses en autogestion

« Frange Radicale (Paris 19e), c’est l’histoire de trois coiffeur·ses qui décident de repenser leur travail en créant un salon de coiffure sans patron·nes, ni prix genrés. La coopérative de coiffure n’en est qu’à ses débuts. Mais elle a le vent en poupe et incarne un exemple d’organisation différente du travail et de l’accueil des client·es. Un modèle pour le monde de la coiffure, mais pas seulement… »

> Lire l'article et écouter le podcast de Radio Parleur.
> L'article de Madmoizelle sur Frange Radicale.
> La page FB de Frange Radicale.

01/11/2021

Makhno ressuscité

Makhno

“L’anarchisme et notre époque”,
suivi du “Manifeste de l'armée insurrectionnelle d'Ukraine”, de Nestor Makhno

« L'anarchisme, ce n'est pas seulement une doctrine qui traite de la vie sociale de l'homme, comprise dans le sens étroit que lui prêtent les dictionnaires politiques et, parfois, lors de meetings, nos orateurs propagandistes. C'est aussi un enseignement qui embrasse la vie de l'homme dans son intégralité. » Ainsi commence cette nouvelle édition de ces textes, trop souvent négligés par les penseurs d'aujourd'hui, signés du plus célèbre anarchiste ukrainien de la Révolution russe et de la terrible guerre civile qui ensanglanta la future URSS dans les années vingt. Des textes fondateurs de la pensée politique de celui qui réussit à tenir tête à Lénine, Trotsky comme à l'armée des contre-révolutionnaires sous les ordres du général Denikine.

Ce recueil est précédé de la vibrante nécrologie que Lucile Pelletier, militante anarchiste française, écrivit en 1934 dans la revue La Révolution prolétarienne, en hommage à Nestor Makhno.

Paysan, ouvrier, anarchiste, ennemi des bolcheviks comme des Russes blancs, chef de guerre, théoricien, révolutionnaire, leader des paysans ukrainiens, homme d'action, prisonnier politique, « terroriste », mais aussi organisateur de talent, Nestor Makhno est un personnage fascinant que les textes que nous publions ont peine à cerner. Réfugié à Paris en 1925 – après avoir vécu d'incroyables aventures dans une Europe centrale en ébullition depuis son départ d'Ukraine en 1921 – malade, épuisé, Makhno, tout d'abord ouvrier fondeur puis tourneur chez Renault, bénéficie dans les derniers jours de sa vie de la solidarité des anarchistes français. (L'éditeur)
Éditions L’Esprit du temps, 126 pages, 15 euros.

31/10/2021

Vient de paraître

“La liberté ou rien.
Contre l’État, le capitalisme et le patriarcat”

d’Emma Goldman


« Née dans une famille juive en Lituanie en 1869 et morte à Toronto au Canada en 1940, Emma Goldman a surtout vécu et milité aux États-Unis. "La femme la plus dangereuse d’Amérique", selon l’ancien directeur du FBI J. Edgar Hoover, est une figure majeure de l’anarchisme et de la lutte du début du XXe siècle pour l’émancipation des femmes. Toute sa vie, elle fut une redoutable agitatrice et propagandiste anticapitaliste, anticléricale et antimilitariste.

Regroupant le plus grand nombre de textes d’Emma Goldman traduits en français, cette anthologie compose un vibrant plaidoyer en faveur du syndicalisme révolutionnaire, de l’athéisme et de l’égalité entre les sexes, ainsi qu’une charge implacable contre le patriotisme et le puritanisme. Emma Goldman y prend entre autres la défense de la pédagogie anti-autoritaire de Francisco Ferrer, critique sévèrement le pouvoir bolchevique en Russie et s’en prend au système carcéral, preuve d’un échec social collectif.

Ces textes ont une valeur historique et font écho à des préoccupations et des luttes d’aujourd’hui. Ils sont présentés par Francis Dupuis-Déri et traduits par Thomas Déri, à qui l’on doit L’anarchie expliquée à mon père (Lux, 2016).

Table des matières
    • Introduction. «La femme la plus dangereuse d’Amérique»
    • Ce que je crois
    • Ce que l’anarchisme représente vraiment
    • La psychologie de la violence politique
    • La prison: un crime social et un échec
    • Une nouvelle Déclaration d’indépendance
    • Une femme sans pays
    • Le patriotisme: une menace à la liberté
    • Francisco Ferrer et l’École moderne
    • Mes deux années en Russie
    • Le syndicalisme: la menace moderne pour le capitalisme
    • La philosophie de l’athéisme
    • L’hypocrisie du puritanisme
    • La traite des femmes
    • Le suffrage des femmes
    • La tragédie de l’émancipation des femmes
    • Du mariage et de l’amour
    • Ma vie valait-elle la peine d’être vécue?

Éditions Lux, 368 p., 18 €.

30/10/2021

Pour une librairie autogérée dans le Finistère


> Voir aussi la page FB du groupe Le Ferment-FA Finistère.

Livres d'occasion

6 et 7 novembre 2021
Les éditions Noir et Rouge mettent en vente à prix d'occasion des milliers de livres neufs et d’occasion (BD, romans, essais, livres d’art, d’histoire et de politique).
Samedi, de 10 à 18 heures,
dimanche, de 10 à 16 heures.
8, impasse Crozatier, Paris 12e
(M° Faidherbe-Chaligny).

Femmes anarchistes espagnoles

Nouvelle édition revue et augmentée.
“Libertarias.
Femmes anarchistes espagnoles”

Ouvrage coordonné par Hélène Finet

« Indomptables, insoumises, rebelles, mères, ouvrières, paysannes, syndicalistes, combattantes et "guérillères", les libertaires espagnoles, depuis la fin du XIXe et tout au long du XXe siècle, n’ont cessé de clamer leur désir d’émancipation sociale en leur nom propre.

Si l’histoire retient surtout le rôle déterminant du groupe Mujeres Libres lors de la guerre civile et de la révolution de 1936-1939, cet ouvrage met l’accent sur la pluralité des formes de luttes et de récits de ces militantes qui témoignent d’une véritable spécificité de l’engagement des femmes anarchistes espagnoles.

Contre l’invisibilisation d’un combat ponctué par l’expérience des luttes, des guerres et de l’exil, il s’agit ici, à travers les trajectoires de Francisca Saperas, Ana Delso, Antonia Fontanillas Borras, Les Solidarias, Mujeres libres et bien d’autres, de reconstruire une mémoire collective au féminin, tout en soulignant le caractère transgénérationnel de l’anarchisme espagnol au sein duquel les femmes ont joué un rôle sans précédent. »

Textes de David Doillon, Susana Arbizu, Maëlle Maugendre, Guillaume Goutte, Ana Armenta-Lamant Deu, Cristina Escrivá Moscardó, Rafael Maestre Marín, Dolors Marín et Joel Delhom.
Éditions Nada, 272 p., 18 €.