07/12/2022

Le nouveau Vaneigem

Vaneigem
“Retour à la vie”, de Raoul Vaneigem

Présentation par l'éditeur : Dans ce pamphlet, écrit en réaction aux récents abus de la domination étatique et marchande, tels qu’ils ont eu notamment lieu lors de la crise sanitaire, Raoul Vaneigem persiste et signe : le capitalisme est par essence mortifère en ce qu’il bride les passions, confine les corps et racornit les esprits. Mais une autre voie s’ouvre à l’humanité pourvu qu’elle renverse un système aussi vérolé qu’à à bout de souffle, et qu’elle se débarrasse de ses mornes profiteurs : gestionnaires, technocrates et autres politicards. C’est ce qu’il nomme la lutte pour un retour à la vie, mettant fin « au calcul égoïste et à la servitude qui ont fait de la Terre une vallée de larmes ». Car « la vie ne dit jamais de dernier mot ».

Raoul Vaneigem, né en Belgique en 1934, a été l’un des membres les plus connus de l’Internationale situationniste. Il a publié en 1967 le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, manifeste subversif qui en appelle à une « révolution de la vie quotidienne » et qui a eu une influence primordiale sur l’expression rebelle en Mai 68 et dans les années qui suivirent. Il a publié depuis plus d’une cinquantaine de livres, consacrés notamment aux hérésies, au surréalisme et, plus généralement à la critique de la société marchande.
Éditions de l’Insomniaque, 64 p., 8 €. Sorti en octobre 2022.

20/11/2022

Disponible gratuitement en ligne

Anarchie

“Dictionnaire anarchiste des enfants”,
de Jorge Enkis + Collectif anarchiste Emma Goldman

Présentation de l'éditeur : « Apprends et développe ta pensée critique à travers des définitions, des comparaisons et des métaphores sur les idées et les valeurs portées dans le monde merveilleux de l’anarchisme. » Voici un dictionnaire illustré destiné aux jeunes esprits rebelles qui découvrent cet idéal fantastique en dehors des sentiers battus.

Jorge Enkis, originaire du Chili, est l’auteur, illustrateur et éditeur à l’origine de la première édition en espagnol de ce dictionnaire. Cette version est une adaptation du premier ouvrage de cette collection. Certains passages ont été traduits de l’espagnol tandis que d’autres ont été créés par le collectif anarchiste canadien Emma Goldman. Pour la version française, ont été retirés les articles s’adressant plus particulièrement aux enfants du Nitassinan, d’où le collectif anarchiste Emma Goldman est issu.
Pour les parents, il représente une occasion formidable de dialoguer dans un but de développer la pensée critique de leurs enfants. Il est enfin certain que les plus grand·es d’entre nous, ayant conservé leur jeunesse de cœur, pourront apprécier cet ouvrage.
Atelier de création libertaire, 80 p., 8 €
(version papier). 9 ans et +. Sortie : novembre 2022.

> Feuilleter le livre en ligne (sur Calameo).

Dictionnaire

16/11/2022

Soirée "Résistances libertaires au Mexique"

15/11/2022

08/11/2022

Vient de sortir

Severine

Séverine - L’Insurgée”
Présentation de l'éditeur : « Caroline Rémy, dite Séverine (1855-1929), aura été l’une des pionnières du journalisme et l’une des grandes figures de l’histoire des mouvements révolutionnaires. Disciple et amie de Jules Vallès, première femme à diriger un quotidien national, elle se lance à corps perdu dans la grande mêlée sociale de la "Belle Époque". 

Sa plume, ardente et infatigable, n’aura de cesse de défendre le peuple face à ses ennemis : le capital et la bourgeoisie. Féministe, pacifiste et libertaire, d’une intégrité à toute épreuve, elle sera en première ligne de tous les combats de son temps.

Durant toute sa vie, Séverine a écrit plus de 6 000 articles dans de nombreux journaux : Le Cri du Peuple, La Fronde, Gil-Blas, L’Humanité, Le Figaro, etc. Dans ce recueil sont réunis ses textes les plus flamboyants. Au détour de ces pages apparaissent les grands et petits noms de l’anarchisme auxquels elle rend hommage, les innombrables batailles des femmes et du mouvement ouvrier, et le parfum de poudre et de révolte de ces années tumultueuses. »
Éditions L'Echappée, 272 p., 20 €. Sorti en octobre 2022.

07/11/2022

Construire un autre monde

pierre besnard

“Le Monde nouveau”,
de Pierre Besnard

Présentation de l'éditeur : Pierre Besnard (1886-1947) fut un anarcho-syndicaliste infatigable. Cofondateur de la Confédération générale du travail – Syndicaliste Révolutionnaire (CGT-SR) ainsi que de la branche française de la Confédération nationale du travail (CNT), cet employé des chemins de fer s’acharna toute sa vie à faire entendre ses convictions. 

S’opposant à la dictature communiste, il quitte en 1922 l’Association internationale des travailleurs. Refusant l’étatisation, Pierre Besnard était néanmoins conscient de la nécessité d’organiser la société de demain. S’il est facile de détruire l’ancien monde, il est beaucoup moins aisé d’en imaginer un nouveau qui bannisse toute relation de pouvoir. 

Sans pour autant prétendre à la planification, Pierre Besnard s’essaye en 1934 à un exercice aussi délicat que nécessaire : proposer un modèle d’organisation pour une société anarchiste. Le Monde nouveau est une proposition constructive d’organisation sociale et politique qui n’a pas pris une ride. Détruire ? C’est facile, mais ce n’est que la partie négative de la révolution. Construire ? C’est infiniment plus difficile et c’est la partie positive de l’œuvre révolutionnaire. »
Les Éditions du Monde libertaire, 156 p., 8 €. Sorti en janvier 2022.

06/11/2022

Idées cadeaux ?

“La forêt, l’ours et l’épée”
de Davide Cali et Regina Lukk-Toompere

Présentation de l'éditeur : « Cet ours est un guerrier. Avec son épée, il coupe tout ce qu'il trouve. Même la forêt ! Un jour, le fort où il habite est emporté par les eaux du barrage. La faute à qui ? Au sanglier ? Au renard ? Aux oiseaux ? À moins que les tours que nous jouons à la nature nous retombent parfois sur la truffe ?!  Une belle leçon de vie et d'écologie ! »

Éditions Rue du Monde, 36 p., 17,50 €, 4-7 ans. Réédité en août 2022.

22/10/2022

À la rencontre d'une coopérative

scopti

Rencontre avec un camarade de la scop SCOP TI
dimanche 23 octobre à Paris 20, 6 rue Sorbier.

SCOP TI, Société Coopérative Ouvrière Provençale de Thés et Infusions a été créée en 2014 et se compose d’une soixantaine de personnes.

Le projet de l’entreprise s’inscrit dans une démarche économique sociale et solidaire qui répond idéalement à la philosophie développée par les salariés, sur la base de leur revendication politique, sociale et économique et de leur choix organisationnel. La démarche de Scop-TI s’articule en effet dans la convergence des deux mouvements historiques qui contribuent à l’émergence du concept d’Economie sociale et solidaire. La création de la coopérative correspond à l’adoption d’une gestion démocratique garantissant l’instauration de qualités de travail satisfaisantes pour tous ses acteurs et à un engagement dans une recherche de développement de productions de qualités, inscrites dans une perspective de soutenabilité économique et environnementale. 

Les salariés de SCOP-TI se positionnent en faveur d’une éthique, d’un ensemble de valeurs qui soutiennent l’adoption d’un mode de production et de consommation différent, tenant compte des grandes problématiques actuelles, qui incitent à replacer l’humain au centre de préoccupations sociales, économiques, environnementales raisonnées. C’est de cette manière que Scop-TI décline son engagement social et ses valeurs, à travers la devise portée en exergue sur le devant de son usine, forte d’une histoire singulière et d’une ligne philosophique à part entière: « engagée sur l’humain, engagée sur le goût ».

> Boutique 1336, pour commander ses thés, infusions, boissons glacées et coffrets cadeaux.

scopti

19/10/2022

Tournée-débats sur l'anarchisme

• Orléans. 22/10 à 18h au 108, r. de Bourgogne.
• Bourges. 23/10 à 16h à L’Antidote, r. d'Auron.
• Clermont-Ferrand. 24/10 à 18h au centre Richepin, r. Jean-Richepin.
• Le Puy-en-Velay. 25/10 à 18h au Béluga, av. Foch.
• Montpellier. 26/10 à La Mauvaise Réputation, r. Terral.
• Aix-en-Provence. 27/10 au café Le 3C, bd Carnot.
• Lyon. 28/10 à La Plume noire, r. Diderot.

Dix questions sur l’anarchisme,
de Guillaume Davranche

« L'anarchisme. Ses adversaires expédient volontiers la question en le réduisant à un milieu contre-culturel, à un état d’esprit anticonformiste, à une posture esthétique… Autant de façons de lui rogner les griffes, de le dépolitiser, de le sortir de l’histoire. Ce petit livre montre en quoi il est, au contraire, un courant très politique, structuré, porteur d’une alternative au capitalisme et d’une vision globale de transformation de la société.

En s’appuyant tant sur les "grands auteurs" du passé que sur les orientations actuelles du mouvement libertaire, l’auteur s’efforce de répondre succinctement à dix questions que peuvent se poser celles et ceux qui veulent en savoir plus : d’où vient l’anarchisme et quel est son projet économique et démocratique ? Quelle est son approche écologiste, son implication féministe ? Quelle est sa politique vis-à-vis des nationalités et des religions ? Quelles sont ses stratégies d’action et ses modes d’organisation ? Comment a-t-il agi dans les révolutions passées ?

Une vingtaine de portraits de militantes et militants historiques – de la Corée au Mexique, en passant par l’Algérie, l’Espagne et la France – complète ce tour d’horizon. »
Sorti en janvier 2020, chez Libertalia.

17/10/2022

22 octobre -Braderie des éd. Rue de l'Echiquier

SAMEDI 22 OCTOBRE, à partir de 10 heures,
12 rue du Moulin-Joly dans le 11e arr. à Paris
(métro Couronnes, ligne 2),
GRANDE BRADERIE de livres défraîchis des éditions Rue de l'Echiquier avant leur déménagement.
 

10/10/2022

Eloge de la grève

Dans le cas où YouTube interdirait de lire cette vidéo directement sur le site, voici son adresse directe :
https://www.youtube.com/watch?v=shG4E3NX9ng

09/10/2022

Dans Siné Mensuel d'octobre

Sine mensuel

Siné mensuel octobre

> En savoir plus.

13/09/2022

La Fête des Possibles, c’est maintenant !


Jusqu'au 25 septembre,
dans toute la France et en Belgique.
La Fête des Possibles 2022 a pour objectif de rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire, et d’inviter toutes et tous à découvrir ces initiatives puis à agir.

Qu’ils cultivent la terre dans des jardins partagés, montent des projets d’énergies renouvelables citoyennes, s’investissent dans des associations de solidarité ou pour plus de démocratie directe dans leur commune, la coopération est importante pour les créateurs·trices de possibles. Tous les ans, sont organisés des villages associatifs, festivals, projets communs qui réunissent 2, 3 ou des dizaines d’initiatives ! La Fête des Possibles, ce sont aussi des formats variés pour découvrir comment faire changer son territoire : un atelier dans un jardin partagé, une visite de ferme avec une AMAP près de chez soi, une balade à vélo des lieux de la transition du coin, un rassemblement sur une place publique pour discuter du futur de son territoire, un atelier d’éco-construction dans une ressourcerie, un banquet végétarien participatif, une soirée projection/débat, un parcours pédagogique sur l’efficacité et la sobriété énergétiques… il y en a pour tous les goûts !

> Connaître un rendez-vous Fête des Possibles près de chez vous.

17/08/2022

Framabook, à fond le livre libre

Framabook, la maison d’édition de l'association Framasoft, a été créée pour promouvoir le libre sous toutes ses formes, numériques et culturelles. Depuis une dizaine d’années, ce sont près de 50 ouvrages qui ont été édités, traduits et publiés. Cela va des bandes dessinées aux ouvrages techniques en passant par les essais et les manuels informatiques.

Envisagée surtout comme un moyen, Framabook ambitionnait de proposer une façon éthique de travailler, respectueuse des auteurs et autrices et du public : rémunération de 15% en droits d’auteur, contrats non-exclusifs, ouvrages sous licences libres.

Voyant les limites de ces pratiques, Framabook a décidé de reconnaître la réalité du travail en amont, en le rémunérant directement par une bourse, une allocation forfaitaire versée dès la signature de convention, au début du projet de rédaction, bien évidemment accompagné par un éditeur.

La mise à disposition libre, sous format électronique, des œuvres une fois achevées, permettra au public d’y accéder sans devoir payer une rente capitaliste. En outre, il a été décidé d’assumer une mise en avant plus active des communs culturels, par la proposition systématique de placer le résultat du travail sous une licence dite à copyleft afin d’en éviter l’enclosure à l’avenir, même partielle, garantissant à tous les agents culturels futurs un libre accès d’usage et de réutilisation. 

Appel à publication
Nous sommes entrés dans une ère de conflits dont la notion de propriété est l’un des nœuds principaux. Alors que se concentrent la plupart des ressources financières, informationnelles, énergétiques aux mains de quelques firmes mondialisées ou de quelques nantis selon les pays, nous assistons à des mobilisations importantes qui tendent à défendre les communs et leur gouvernance collective. Il s’ensuit de nombreuses tensions populaires, la cristallisation de zones de résistances, une instrumentalisation de la justice pour dénier le droit de manifester et de multiples points de disjonction entre le pouvoir et l’exercice de la démocratie.

Le mode d’organisation associatif, lorsqu’il porte des valeurs d’ouverture, de partage et de solidarité, est usuellement réputé comme un déploiement d’espaces démocratiques et d’émancipation collective. C’est la raison pour laquelle les résistances aux enclosures numériques, culturelles ou environnementales y développent des moyens d’action en dehors des structures habituelles de gouvernement. Qu’il s’agisse d’éducation populaire, de défense des droits humains ou encore de lutte pour le climat, l’association (ou le collectif) s’efforce de mettre en phase ses valeurs et les outils déployés pour l’action et la création.

Framasoft lance ce qui est communément appelé un appel à publication. Cet appel a pour objectif de mobiliser l’attention des auteur·ices ayant un projet de rédaction mature. Nous entendons par là : non pas un livre déjà rédigé à « faire publier », mais un projet suffisamment clair pour pouvoir être exposé, tout en offrant les garanties suffisantes pour que nous puissions l’éditer ensemble. Un contrat formalise les droits et engagements entre Framasoft et les auteur·ices durant toute la durée de la collaboration.

Des Livres en Communs publie des œuvres sous forme exclusivement numérique. Nous sommes ouvert·es à toute forme d’écriture innovante, surtout si la forme sert le propos et soutient au mieux l’expression. Votre projet peut donc prendre l’aspect d’un essai, d’un récit de fiction ou non, ou de tout autre genre littéraire ou non qui vous paraît le mieux à même de répondre à la thématique proposée.
(Framabook-Livres en Communs)

> POUR EN SAVOIR PLUS sur Livres en Communs.

> Lire l’interview sur Actualitte.

21/07/2022

“La voie des écovillages”

ecolieux
“Guide pour repenser
nos lieux de vie en collectif”

de William Wadoux

« Communautés d’intention, habitats collectifs, labos transitionnaires, écolieux 2.0, écohameaux et écovillages, oasis… Nombreux sont les mots qui définissent des modes de vie alternatifs visant à s’extraire des mécanismes déshumanisants de la société moderne, à raviver les liens entre les personnes et à prendre soin de notre maison, la Terre.
Les crises actuelles viennent nous rappeler combien il est urgent de repenser notre communauté humaine et notre relation à l’environnement. Les écovillages représentent des lieux d’expérimentation bien utiles, à l’heure de concevoir de nouvelles formes d’organisation et de convivialité. Ces espaces de vie, que l’on compte déjà par milliers en France, offrent aussi une voie alternative pour dynamiser nos campagnes.
Dans ce guide nourri d’expériences, William Wadoux propose aux personnes souhaitant initier ce type de projet des données techniques et des pistes de réflexion que chacun pourra adapter en fonction de ses valeurs : lieu d’implantation, type de construction, comptabilité, gestion des espaces et des ressources, économie intérieure, vie en communauté, gouvernance, intégration de nouveaux membres, statut juridique… Il s’adresse également à celles et ceux qui souhaitent rejoindre un tel projet ou simplement en connaître les enjeux. » 

Éditions Terran, 304 p., 25 €. Paru en avril 2022.
Possibilité de feuilleter les 1res pages, dont le sommaire, sur le site de l’éditeur.

16/07/2022

Mise au point sur Makhno

Makhno

“Souvenirs sur Nestor Makhno”
d’Ida Mett
« La veille de la guerre, j’ai mis sur papier mes souvenirs personnels sur Makhno tel que je l’ai connu dans le temps à Paris. Ces souvenirs ont été perdus pendant la guerre. Maintenant, ayant lu ce qu’a écrit à son sujet Voline dans son livre sur la révolution russe, je me décide d’écrire de nouveau ces brefs souvenirs dans l’intérêt de la vérité historique. » (Ida Mett)

Ida Mett (1901-1973) a fréquenté Nestor Makhno dans les années vingt à Paris, où il s’était réfugié après avoir, à la tête de son armée de paysans ukrainiens, lutté à la fois contre les troupes tsaristes et celles de l’Armée rouge. Les conversations qu’elle eut avec lui éclairent la personnalité complexe de celui pour qui la révolution ne pouvait être la vérification d’une idéologie quelconque – fût-elle anarchiste – mais la destruction de toutes les idéologies.

Éditions Allia, 48 p., 6,50 €. Réédité en mai 2022.
Souvenirs sur Nestor Makhno
, écrit en français en 1948, a été publié en 1983 par Allia.

05/07/2022

À la rencontre de résistantes

“Les Reflets du monde. En lutte”, de Fabien Toulmé
 
Toulmé« Dans ce premier opus des Reflets du monde, l'auteur de L'Odyssée d'Hakim décrypte trois résistances populaires, trois luttes portées par des citoyens du monde. Il y raconte la Thawra, révolution citoyenne au Liban, la lutte d'une favela brésilienne contre un projet immobilier et l'engagement d'une militante féministe au Bénin. Des mouvements de résistance dans lesquels les femmes occupent une place centrale.»

Éditions Delcourt, 336 p., 24 €, paru en juin 2022.

> Lire un extrait.
> Écouter (et lire) la critique de France Inter.

 

04/07/2022

ZADenvies à Notre-Dame-des-Landes en juillet

ZAD
Zadenvies
Rencontres d’été du 8 au 10 juillet à Notre-Dame-des-Landes (44)

« (...) Parce que nous croyons à la possibilité de nouveaux surgissements autant qu’à la nécessité de projections au long cours, nous avons choisi pour ces rencontres d’été d’échanger sur les manières de s’organiser - depuis le bas, les terres, les liens et les lieux. Tous les cris d’urgence et les derniers rapports du GIEC ne feront qu’accroître le sentiment d’impuissance si l’on ne s’attèle sérieusement à dépoussiérer et clarifier les moyens de se structurer et de renverser la vapeur.

Voici donc quelques repères qui ont guidé les invitations lancées pour les 9 et 10 juillet à divers.es collectifs, compagnon.nes de luttes et de pensées, et avec desquels nous avons tenté d’articuler les temps d’assemblées et d’ateliers : permettre des échanges stratégiques croisés entre des tentatives d’organisation en cours à différentes échelles locales et nationales - se laisser inspirer par des mouvements éclatants plus lointains dans l’espace et le temps - construire les autonomies face à la production capitaliste et repenser l’idée de liberté face au libéralisme - imaginer les solidarités populaires dans un monde happé par la guerre et le fléau identitaire - oser des hypothèses révolutionnaires à moyen terme tout en se donnant les moyens concrets de rester offensif ici et maintenant - se doter d’outils pour prendre soin du collectif comme ce que l’on a de plus précieux...

Zadenvies, ce sera aussi de grands moments de fête et de danse,
de spectacles, projections et promenades dans le bocage, de jeux de prairies et de cantines amies... (...) »

> POUR CONNAITRE LE PROGRAMME.

Zadenvies

11/06/2022

Alternatives anticapitalistes au quotidien

Interview à découvrir sur Reporterre (8 juin 2022).

Dans les campagnes, « nous pouvons reproduire
de petites sociétés autogérées »

Elle dépeint les espoirs et les enjeux d’une société inspirée par l’écoféminisme où l’entraide mènerait à la subsistance et à l’ancrage local : Geneviève Pruvost, autrice de Quotidien politique - Féminisme, écologie, subsistance (La Découverte), est l’invitée des Grands entretiens de Reporterre.

« (...) Le capitalisme industriel est fondé sur l’hégémonie technique. Quand il y a une nouvelle technologie, elle doit détruire les autres. Ce que racontent les alternatives écologiques que j’ai pu observer, c’est justement une recomposition, un réaménagement des priorités techniques, de l’agenda, de la manière dont on va gagner de l’argent. (...) »

Présentation de “Quotidien politique”
par son éditeur :

Fin des sociétés paysannes, cuisines équipées, bétonisation des terres arables, effacement des savoir-faire et cosmogonies autochtones, ignorance des rythmes du monde vivant… Ces phénomènes divers que l’on apprend aujourd’hui à déplorer sont bel et bien liés, nous disent depuis un demi-siècle des théoriciennes écoféministes, critiques de la modernité industrielle. C’est à leurs pensées, méconnues en France, ainsi qu’aux leçons existentielles et politiques qu’il convient d’en tirer, qu’est consacré cet ouvrage. L’autrice explore les alternatives écologiques et anticapitalistes contemporaines pour démontrer que la vie quotidienne est un terrain politique fondateur.

Sans politique du quotidien, sans reconstruction collective et radicale de notre subsistance, il n’y aura pas de société égalitaire ni écologique. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la généralisation du salariat qui a permis d’accéder à la société de consommation et au confort appareillé, mais le colonialisme et le travail domestique féminin. Une autre organisation politique de la vie et des rapports à la nature est possible. À condition d’être redistribué, ancré dans une communauté en prise avec un biotope et des usages, le travail de subsistance ainsi repensé devient un facteur d’émancipation. La fabrique du quotidien apparaît alors pour ce qu’elle est : un enjeu révolutionnaire.
La Découverte, 400 p., 22 €. Sorti en septembre 2021.
> LIRE UN EXTRAIT (Calameo).

10/06/2022

“Se faire respecter”

Mathilde Levesque

“La puissance de la rhétorique
au quotidien”,
de Mathilde Levesque


« Si vous croyez qu’on ne peut rien faire contre les humiliations, les manipulations, les agressions verbales des puissants ou des violents, ce guide d’autodéfense intellectuelle est pour vous. Il vous apprend à vous protéger, et vous aide à riposter. Cohérent dans vos valeurs et imprévisible dans la manière de les défendre, vous deviendrez insaisissable. Se faire respecter est un art qui s’apprend à travers le discours. Sachez repérer les figures de rhétorique des manipulateurs et prendre du plaisir à la confrontation. Avec force, humour, et dignité. Car garder la tête haute, c’est d’abord ne pas avoir à baisser les yeux. Ni face à l’autre, ni face à soi-même. »

Mathilde Levesque, agrégée de lettres modernes et docteur en langue et littérature françaises, enseigne au lycée Voillaume d’Aulnay-sous-Bois. Elle est notamment l’autrice de LOL est aussi un palindrome.
Petite Bibliothèque Payot, 224 p., 8,20 €. Sorti en mars 2022.

08/06/2022

Le CQFD de juin est en kiosque

AU SOMMAIRE DU n°210 (juin 2022). « Dans ce numéro de juin criant son besoin "d’air", un dossier sur la machine répressive hexagonale et les élans militants permettant de ne pas s’y noyer et d’envisager d’autres horizons. Mais aussi : un long reportage à Laâyoune, Sahara occidental, où les candidats à la traversée pour les Canaries sont traqués par les flics marocains, une visite dans la Zone À Patates (ZAP) de Pertuis, un dialogue sur les blessures de la guerre d’Algérie et des appelés français, de la boxe autonome, une guérilla maoïste indienne, des trous orgasmiques… »

–  Agent.es de nettoyage en grève : « Si je me fais licencier, je serai fière » – Depuis le 29 mars, à Marseille, les agent·es de nettoyage de l’Agence régionale de santé sont en grève, dénonçant le management brutal et la surcharge de travail imposés par leur nouveau patron, le sous-traitant Laser.

–  Pertuis : face aux bétonneuses, des patates frondeuses – En bordure de Pertuis, petite ville d’environ 20000 âmes au sud-est du Vaucluse, un projet d’extension d’une zone d’activité menace de faire disparaître 86 ha de terres fertiles. Aux côtés des habitants mobilisés, des militants ont investi des maisons inoccupées, ensemencé plusieurs parcelles et renommé les lieux la « ZAP » : Zone à patates. Les 14 et 15 mai dernier, deux journées de rencontres et de déambulation revendicatives et festives y étaient organisées.

–  Usine squattée à Montreuil (93) : des pêches et du benzène –
Depuis septembre 2020, des habitant·es de Montreuil ont investi une ancienne usine vouée à la démolition. L’enjeu est double : tenir les promoteurs immobiliers à distance et éviter une potentielle catastrophe écologique et sanitaire.

–  Du Front populaire à la Nupes, la trahison au fond des urnes ? –
Postier retraité, historien du dimanche, Charles Jacquier a réédité et préfacé la somme de l’auteur révolutionnaire Daniel Guérin Front populaire, révolution manquée. Alors que les législatives de juin remettent l’idée de Front pop’ à l’ordre du jour, on évoque avec lui l’année 1936, qui a vu une coalition des gauches accéder au pouvoir.

–  Exils, traques et naufrages au Sahara occidental : Laâyoune, tombeau des invisibles – Autour de la capitale du Sahara occidental, territoire en pleine crise géopolitique où le Maroc réprime toute velléité indépendantiste, d’autres drames humains se jouent. En phase avec une Europe forteresse, les autorités marocaines traquent les personnes venues d’Afrique subsaharienne. 

–  Mémoire de la guerre d’Algérie : Nos pères, des tortionnaires ? – Dans son documentaire Ce qu’ont fait nos pères, Emmanuel Vigier confronte son paternel à ses souvenirs d’appelé du contingent pendant la guerre d’Algérie. 

–  « Le design sonore rend désirable la malbouffe auditive » – Des sons, partout, tout le temps, pour tout : des annonces dans les transports en commun aux mélodies sirupeuses des habitacles des voitures dernier cri en passant par l’électroménager. Dans son livre L’Orchestration du quotidien, la chercheuse Juliette Volcler dissèque le champ large du design sonore.

–  Boxe autonome : jouer des poings hors des cadres – Depuis quelques années, des collectifs de boxe autonome essaiment aux quatre coins de la France. 

DOSSIER « Luttes et résistances : ils répriment, on rempile »

–  Lettres de libre flot : « Ce sont mes opinions politiques qu’on essaie de criminaliser » –
Arrêté le 8 décembre 2020 avec 8 autres personnes, Florian D., aka Libre Flot, est accusé d’avoir constitué sur le sol français un « groupe clandestin armé », après un séjour auprès des combattant.es kurdes du Rojava. Incarcéré, il passe plus de quinze mois à l’isolement au centre pénitentiaire de Bois-d’Arcy (Yvelines). Il n’est libéré que début avril, après 37 jours de grève de la faim. De prison, il a écrit des lettres puissantes. Extraits.

–  « Affaire Tarnac » : les blessures de Manon –
Elle s’appelle Manon Glibert et fait partie des « inculpés de Tarnac ». En 2018, dix ans après le début de l’affaire, elle se prépare pour le procès. Capturés par la caméra d’Audrey Ginestet, ces instants ont nourri un film : Relaxe (2022). Pensé « comme une arme pour tous ceux qui, dans le futur, auront besoin de se défendre », le documentaire dépeint aussi une existence marquée au fer rouge par dix années d’acharnement judiciaire.

–  À Calais, des militants britanniques chassées de France –
Ils avaient participé à des ouvertures de squats pour loger des personnes exilées à Calais : deux militants britanniques se sont vu retirer leurs titres de séjour sous des prétextes fallacieux. L’un d’eux a même écopé d’une interdiction de retour sur le territoire français pour une durée d’un an. 

–  Autoréduction : Carrefour, on a (pas) tous droit au meilleur – Début janvier 2021, des militants organisent une opération d’autoréduction dans un Carrefour parisien. Le principe : se servir et redistribuer.

Et bien d'autres choses...
> EN SAVOIR PLUS.

07/06/2022

La Bascule, une autre société en marche

 

« Dans la petite commune de Plouray, dans le Centre Ouest Bretagne, une ancienne blanchisserie inoccupée pendant plus de huit ans s’est convertie en habitat collectif. Cette vieille bâtisse a été mise à disposition gracieusement par des religieuses et accueille désormais quatorze habitant·es. Baptisé Bascule Argoat, ce lieu de vie participe, entre douceur et radicalité, à la transition écologique, démocratique et sociale du territoire. Plongée au cœur de cet idéal citoyen. (...) »
 

> Le site de la Bascule Argoat.

Extrait de la présentation de la Bascule Argoat : « (...) Nous sommes actuellement 14 habitant.e.s d’une tranche d’âge entre 24 et 36 ans. Notre collectif fonctionne en autogestion grâce au principe de gouvernance partagée (rapports non hiérarchiques pour avancer vers une vision commune). Nous y expérimentons un mode de vie suivant le principe de la sobriété heureuse (aussi bien au niveau alimentaire, qu’énergétique ou matériel), le plus écologique possible, et respectueux de l’Autre (des êtres vivants quels qu’ils soient). En considérant "l’Autre" (ce qui est extérieur à nous, que ce soit des personnes ou de l’environnement), nous essayons de "prendre soin" : prendre soin des habitants, prendre soin de la nature et du territoire, ceci est notre axe d’inscription sur le territoire à l’échelle locale. Nous cultivons également un axe engagé et militant, afin d’être en capacité de former et de sensibiliser autour de nous aux outils de vie que vous utilisons au quotidien, et ainsi donner l’occasion que la toile s’agrandisse. 
 
Le bâtiment nous permet d’avoir une assez grande capacité d’accueil, que nous essayons de développer afin que des visiteur.se.s puissent également venir expérimenter ce mode de vie. En ce sens, l’objectif est d’incarner cette utopie, et de pouvoir inspirer d’autres personnes en démontrant qu’il est possible de vivre ainsi. Ces temps de visites sont aussi l’occasion de pouvoir échanger et transmettre nos connaissances avec de nouvelles personnes. (...)
 
Si ce lieu d’enchantement vous a, vous aussi, envoûté et que vous souhaitez rejoindre le collectif, vous devrez effectuer auparavant un séjour de 3 semaines avant de réaliser votre demande officielle pour devenir habitant.e. Ceci vous permettra de jauger si vous vous sentez bien dans ce lieu et avec ses habitant.e.s ! Les 3 semaines peuvent être réalisées à la suite ou bien séparément. Vous n’êtes pas dans l’obligation de les planifier d’avance, vous pouvez par exemple venir innocemment en visite pour une semaine, être complètement subjugué.e par le lieu et ses habitants, et faire une demande de prolongation pour rester les semaines suivantes. (...) »
 
Bascule Argoat, 1, allée du Calvaire, 56770 Plouray
(à 30 km au sud de Carhaix-Plouguer, Morbihan).

La Bascule

> Extrait de l'article de linfodurable (27/05/2020) sur l'association La Bascule :
« (...) Présent sur les quatre coins du territoire, l’association La Bascule se divise en plusieurs collectifs dispatchés dans quatre villes de France : Rennes, Paris, Bordeaux et Plouray.  
 
Fondé par l’entrepreneur écologiste et lobbyiste Maxime de Rostolan en février 2019, ce mouvement citoyen a rapidement trouvé écho auprès d’un grand nombre de personnes désireuses de chercher des alternatives au système mis en place. L’objectif : permettre aux bénévoles engagés dans chacun de ses collectifs d’accompagner et de soutenir des projets de transition sur leur territoire. 
 
La Bascule met en place différents programmes d’actions visant notamment à encourager le lobbying citoyen, en proposant des formations au local ou encore des assemblées citoyennes, entre autres. (...) »